Apprendre une langue pour des raisons professionnelles: durée de la formation

Pour les entreprises, le capital humain est le plus important. C’est grâce à lui que l’entreprise prospère, surtout si à travers le recrutement, de bons éléments ont été retenues. Etant donné que les exigences du travail sont souvent progressives, l’entreprise peut à un moment se sentir obligé de payer une formation pour un employé clé qui devra assurer plus tard de nouvelles missions. Les formations en langues étrangères en font partie, surtout lorsqu’il faut à tout prix représenter la marque dans un pays étranger. Alors, le challenge sera de pouvoir assurer ses attributions et à la fois associer l’apprentissage de la nouvelle langue.

Le meilleur timing

En plus des objectifs à atteindre chaque jour au travail, il faudra ajouter les cours de langue. Alors, pour éviter un surmenage de l’apprenti, il est nécessaire de l’inscrire pour un programme aéré et léger. En choisissant le mauvais rythme, tout sera perdu d’avance. Il est donc recommandé d’avoir au programme de chaque semaine deux cours d’une durée d’une heure et demi ou deux heures par séance. Toute la formation doit durer 4 à 5 mois, pour plusieurs raisons:
– Le temps d’adaptation: il est important pour les professionnels de reprendre les habitudes scolaires, car certains ont perdu les reflexes depuis longtemps. Les 4 premières séances seront donc des moments de prises de contact, et d’adaptation qui permettront à l’apprenant d’être davantage motivé pour la suite.
– Les obligations du boulot: Il est clair que les cours ne sont pas censés s’éterniser. Du coup, il faut maximiser l’apprentissage en quelques mois. Celui ci perturbera à coups sûr le rendement au travail, car les cours sont jalonnés d’exercices et de devoirs de routine qui aident à la mémorisation. Il faut en plus gérer les lacunes, et les difficultés de l’apprenant au fur et à mesure des cours pour être sûr du niveau de celui ci. Il faut donc en finir au plus vite, tout en laissant assezde temps à l’apprenant
–  Le budget alloué par l’entreprise: ce n’est pas seulement une question d’argent, mais il doit être rentabiliser. Cette somme doit permettre à l’apprenant d’assimiler assez de connaissances, pour remplir ses prochaines missions.

Découvrez les contours du métier de traducteur-interprète!

Parler plusieurs langues c’est une chose, et être capable de traduire des conversations réelles en une fraction de seconde avec exactitude, c’en est une autre. Le métier de traducteur-interpère consiste en cette tâche, qui est bien visiblement très ardue. Il ne suffit pas de comprendre la langue, mais de pouvoir la retranscrire dans son contexte avec les mots justes dans un autre langue (pas forcément sa langue d’origine). Il est difficile de décoller dans ce domaine, car les gences réclament toujours des années d’expérience. Certains sont donc obligés de faire des traductions en bénévolat pour acquerir une petite expérience et devenir indépendant, ou convoiter des contrats de travail.

Un ensemble de métiers

La curiosité, la rigueur, et l’exigence sont quelques qualités à retrouver chez tous les traducteurs. Ce métier n’est pas aussi facile qu’il peut en avoir l’air, et d’ailleurs, l’appellation traducteur-interprète regroupe en lui même plusieurs métiers différents. Il peut s’agir d’un traducteur technique, qui est professionnel dans un domaine précis. Il effectue des traductions de documents relatifs à la médécine, le secteur industriel, ou tout autre secteur. Le traducteur littéraire quand à lui est souvent considéré comme un auteur. Il travaille pour une maison d’édition, et traduit des ouvrages pour toucher ensuite des droits sur les ventes de ceux ci. Le traducteur audiovisuel touche lui aussi des droit d’auteur. C’est celui qui réalise des sous-titrages et doublages dans les films, séries, et autres. Chaque mot doit donc respecter la vitesse de l’image, afin que le tout soit synchronisé. Un autre de ces métiers est nommé le localisateur, spécialiste du multimédia et de l’informatique en général. Il a pour tâche de traduitre certains jeux vidéos, logiciels ou sites web ouverts à d’autres pays aux langues différentes. Le traducteur assermenté quand à lui reçoit l’agrément des autorités judiciaires. Il devient donc l’une des rares personnes à pouvoir traduire des documents sensibles tels que les actes d’état civil, ou encore les pièces d’identités. Et enfin, le traducteur-interprète peut être un interprète de conférence, qui traduit simultanément les paroles d’un orateur en pleine conférence vers son client lors des audiences judiciaires, des conférences internationales, etc.

Faire un séjour linguistique: est ce une bonne idée?

Pour apprendre une langue, on peut passer par plusieurs moyens. Plusieurs applications sont disponibles sur Android pour apprendre la langue de votre choix avec des exercices à l’appui. Il y a également des personnes qui proposent leurs services sur internet, pour un prix réduit. Vous pouvez aussi choisir la voie la plus claire qui est le centre d’apprentissage de votre choix, où vous pourrez même obtenir une certification à la fin. Tout dépend donc de votre but, ainsi vous pouvez également acompagner chacune de ces méthodes d’un séjour linguistique. Ce dernier ne s’envisage pas du jour au lendemain, mais doit plutôt être une décision murement réfléchie.

Pour une imprégnation absolue

Lorsqu’on suit les conseils venant des proches et des spécialistes de langues étrangères sur internet, il est recommandé de s’imprégner au maximum de la culture et de la langue. En pratiquant au quotidien, la mémoire enregistre rapidement, et l’on apprend plus rapidement. Le plus intéressant dans le fait de se faire fagocité dans ce type d’environnement, c’est le côté amusant de la chose. L’apprentissage se fait toujours dans la bonne humeur, et sans stress. C’est exactement ce que propose les séjours linguistiques, car vous choisirez de vivre dans la famille d’un formateur en langue, en parlant uniquement la langue de votre choix.
C’est donc une très bonne idée, mais qui demande un budget plus ou moins énorme pour quelques semaines seulement. Il faut à tout prix que ce séjour soit crucial pour vos projets, sinon vous risquez de dépenser pour rien. Ce que nous vous recommandons donc est de définir vous même l’objectif du séjour linguistique et ainsi peser son importance (besoin professionnel, étude, voyage, entretien de la langue, etc.). Choisissez donc de partir uniquement si c’est très important pour vous, et après avoir décider, sélectionnez bien le séjour linguistique. L’école doit être aggrée et en règle, les programmes de cours impeccables. Il est donc important que vous soyez convaincus à 100% avant le déplacement. Un choix fait à la hâte ou à la dernière minute risque de vous porter un gros préjudice. Enfin, n’allez pas très loin surtout pour une première expérience.

Qu’est ce qui explique le fait de comprendre sans pouvoir parler une langue?

Apprendre une langue étrangère n’est pas facile. Une grande détermination, et surtout une bonne méthode snt nécessaires pour aller plus vite. Mais pendant l’apprentissage même dans des centres appropriées, on constate souvent que certains ont beaucoup de mal à s’exprimer. Ils comprennent bien, mais ont du mal à trouver les mots pour répondre et continuer la conversation. Et il est facile pour eux de se décourager surtout lorsque cette situation perdure. On penserait pourtant que comprendre et s’exprimer vont de paire, et pourtant ce n’est pas vraiment le cas.

Les blocages: peur et timidité

En analysant de façon scientifique, on se rend compte que s’exprimer dans une langue et la comprendre sont deux mécanismes qui se gèrent différemment dans le cerveau. La compréhension nécessite uniquement des compétences passives, tandis que pour l’expression, il faut à tout prix mettre en marche des compétences actives. C’est tout à fait naturel de commencer par la compréhension, car c’est le même processus pour un bébé. L’oreille apprend à déceller chaque mot, et le cerveau fait la liaison pour comprendre exactement le sujet dont il est question. Ensuite, c’est le moment de parler, avec les risques de se tromper des milliers de fois.
Et c’est exactement ce qui coince chez les apprenants qui n’arrivent pas à s’exprimer. La peur d’être jugé par les autres sur l’attitude, la prononciation, et les différentes erreurs forment une réelle barrière à l’apprentissage. La timidité aussi entre en jeu, car on a du mal à s’assumer devant d’autres personnes. Et à cause de cela, la bouche se ferme complètement, et même lorsqu’on sait exactement quoi dire. Il faut sortir de cette impasse qui n »existe qu’en vous même, car avec plus de détermination et de confiance en soi, tout ira très bien. L’idéal serait d’apprendre la langue en associant l’écriture et l’expression orale, pour sortir facilement de sa zone de confort; ou du moins jouer avec la langue, et apprendre à faire des erreurs, car tout le monde en fait. Personne ne maitrise réellement tout d’une langue, alors vous n’êtes pas le seul à ne pas tout connaitre.

Etre polyglotte: un défi réalisable

 Nous sommes nombreux à rêver de voyages partout dans le monde, à la recherche des nouveaux horizons. C’est très enrichissant d’apprendre de nouvelles habitudes, surtout lorsqu’on se trouve dans cet environnement précis, très différent de ce à quoi nous sommes habitués. Mais pour s’intégrer plus vite et passer un séjour plus intéressant, il faut aussi parler leur langue. C’est le facteur principal pour faciliter l’intégration, d’où la nécéssité d’apprendre au moins les bases d’une langue étrangère avant d’y aller. C’est peut être difficile d’apprendre à parler deux langues, et pour autant certains réussissent à en parler 3, 6 et même 9. C’est le cas d’un spécialiste en langues étrangères appelé Matthew Youlden qui est polyglotte, et ne cessent de conseiller et inspirer les autres sur l’exploit de ses capacités linguistiques.

Quelques conseils efficaces

Ce jeune polyglotte parle 9 langues différentes, et comprend jusqu’à 12 autres. Cela semble impossible pour certains, rien qu’en imaginant comme il est facile de s’embrouiller avec juste 3 langues apprises. Selon lui, il faut tout d’abord être très motivé, puis cherchez à pratiquer la langue partout et au quotidien. Tenir une conversation basique ne sera possible qu’en pratiquant tout ce que vous avez appris, en vous impregnant de cette culture au maximum. Et plus l’apprentissage sera rapide, plus vous serez motivé pour les niveaux supérieurs. Si possible, cherchez vous un partenaire avec qui discuter tout le temps et sans aucun complexe. Matthew dans son cas propre, partageait une motivation reciproque avec son frère jumeau Michael, lui aussi polyglotte. Et parler vous à vous même si vous n’avez pas cette possibilité. Rendez vous dans un restaurant chinois et converser avec les autres, écrivez des poèmes ou des chansons en portugais, acheter des livres pour enfants en italien, etc. L’important est de vous imprégner le plus possible et de vous exprimer. Ne rester pas seulement chez vous et faites preuve de créativité. Comme une enfant, n’ayez aucun complexe lorsque vous faites des fautes. Soyez détendus, écoutez les autres s’exprimer, analyser leurs attitudes, car parler en adoptant les bonnes attitudes est encore mieux. Il n’est pas donc obligatoire de voyager pour bien apprendre une langue étrangère, et ça, Matthew l’a bien compris.